Hyperacousie ou hypersensibilité aux sons

Tes oreilles captent les sons plus intensément que le commun des mortels. Tu as le sentiment qu’elles saturent rapidement.

Tu te sens mal dans les endroits bruyants, mal insonorisés, où la résonance est forte. Les conversations t’y sont difficilement accessibles.

Les décibels élevés causent chez toi une réelle souffrance physique.

Les causes restent assez nébuleuses, mais certains facteurs peuvent toutefois être mis en évidence :

une hypersensibilité innée

– un choc émotionnel, un stress intense

– le vieillissement

– un traumatisme auditif, comme par exemple, une exposition violente à des sons amplifiés

– un traumatisme crânien, un choc qui a pu être destructeur au niveau de l’oreille.

Acouphènes, étourdissements, vertiges, insomnies, douleurs maxillo-faciales, douleurs dentaires, migraines, anxiété… peuvent être autant de troubles directs ou collatéraux, tant en amont qu’en aval.

Les conséquences au quotidien sont nombreuses. Les relations sociales, professionnelles, la vie en communauté en général peuvent en pâtir.

Sache que des plantes peuvent t’aider à apaiser les symptômes :

– celles qui favorisent la microcirculation : cassis, ginkgo biloba, petite pervenche, hélichryse italienne ;

– celles qui ont un effet anxiolytique et spasmolytique: valériane, angélique, houblon, millepertuis, camomille ;

– celles à caractère hypnotique (surtout en cas d’insomnie) : eschscholtzia, aspérule odorante, tilleul ;

– celles qui apaisent la nervosité, les émotions : aubépine, mélisse, passiflore.

Pense également à l’acupuncture, au yoga, à la méditation, aux massages.

L’EMDR, que pratiquent certains thérapeutes, peut réaliser de véritables petits miracles. Il s’agit vraiment d’une piste à ne pas négliger.

Prends du repos dès que c’est nécessaire.

Et, on a tendance à l’oublier, hydrate-toi bien !

Le coing, alias le citron du Nord!

Le saviez-vous ?

– En plus d’être comestible (quand il est cuit), le coing a des propriétés médicinales : antidiarrhéique, anti-inflammatoire, détoxifiant, …

– Il est riche en vitamine C : avec ses 15mg/100g de fruit frais, il n’a rien à envier à la cerise, la pomme, la poire ou encore la pêche !

– Sa peau peut être récupérée pour la confection de crèmes cosmétiques, aux propriétés hydratantes et protectrices.

– Les fleurs et les feuilles du cognassier peuvent être utilisées en infusion comme remède contre la toux et l’indigestion.

Alors, sans hésiter, tous aux coings ! Cet automne, plantez des cognassiers ! Ou ne fût-ce qu’un seul, il est auto-fertile…

La fleur de trèfle rouge…

… punkette des jardins et alliée de la Femme Sage!

☘️ La plante contient des œstrogènes végétaux, qui agiront contre les bouffées de chaleur et la nervosité liées à la préménopause et à la ménopause. Riche en calcium, elle aidera à prévenir les risques d’ostéoporose. Elle est également dépurative et antispasmodique.

☘️ En usage externe, le trèfle rouge soulagera les problèmes de peau tels que le psoriasis, l’eczéma ou les démangeaisons.

🍀 Comment bénéficier de ses propriétés ? Mettez les fleurs à sécher, assurez-vous qu’elles ne brunissent pas. Vous pourrez ensuite les consommer en tisane. Avec les fleurs fraîches, vous pouvez réaliser une teinture-mère ou un hydrolat. Vous trouverez aussi des gélules en pharmacie, en magasin bio ou en herboristerie.

😋 Ses épis sucrés ravissent les gourmands, petits et grands. Ses feuilles peuvent être séchées et réduites en poudre : elles auront un petit goût de vanille. Les graines peuvent être consommées germées ; elles sont riches en vitamines et minéraux et possèdent des vertus antioxydantes.

🎋 Membre de la famille des fabacées, c’est également un grand capteur d’azote et un excellent engrais vert !

(❗️ Évitez le trèfle rouge en cas de grossesse, d’allaitement, de cancer hormono-dépendant et en cas de traitement anticoagulant).

La prêle, une mauvaise herbe?

Vous pensiez que la prêle était une mauvaise herbe ? Détrompez-vous !

La prêle des champs, alias Equisetum arvense, est un allié très précieux pour la santé humaine ! Ses propriétés médicinales sont nombreuses, variées et… insoupçonnées 🤓🌿 Reminéralisante, diurétique, drainante urinaire, dépurative : voici les adjectifs qui lui sont le plus communément associés.

Saviez-vous qu’elle est également anti-inflammatoire, antalgique, hémostatique et cicatrisante ? Qu’elle protège le foie et le pancréas ? Qu’elle participe grandement à la régénération cellulaire ? Elle a même des vertus anti-infectieuses, antispasmodiques, anxiolytiques et sédatives… Et, cerise sur le gâteau, c’est une bonne immunomodulante !

En tant que plante ancestrale, elle porte en elle la mémoire de millions d’années d’histoire terrestre. Toutes les époques que l’espèce humaine a traversées ont été accompagnées par la prêle, ce qui la rend d’autant plus fascinante.

La médecine allopathique actuelle l’utilise d’ores-et-déjà conjointement aux traitements contre la tuberculose et comme adjuvante aux traitements par chimiothérapie.

Les jeunes filles dont les hanches se développent à l’adolescence seraient ravies de pouvoir appliquer une crème ou un gel à base de prêle des champs sur ces vergetures qui viennent abimer leur peau. Les femmes ayant subi une épisiotomie accueilleront à bras ouverts un baume qui permettrait une réduction de la douleur et une cicatrisation rapide et efficace de l’incision. Une prescription adaptée de prêle pourrait éviter une lourde opération aux hommes souffrant de troubles prostatiques et/ou vésicaux. Un accompagnement ciblé en association avec d’autres plantes permettrait de limiter la fuite de calcium liée à l’ostéoporose. Les adolescents « à croissance rapide », souffrant de la maladie de Sever ou de celle d’Osgood-Schlatter, seraient soulagés de pouvoir reprendre leurs entrainements sportifs plus rapidement que prévu grâce à un traitement contenant de la prêle.

On récolte ses tiges stériles de mai à septembre, mais c’est en début de saison qu’elle contient le plus de silicium biodisponible. Je l’utilise séchée en tisane, en huile ou en baume, en teinture-mère ou encore en hydrolat. Je m’amuse également à la réduire en poudre pour assaisonner divers plats, avec de l’ortie et de l’ail des ours. Je la décline également en crème cosmétique hydratante, protectrice et régénérante.

Une plante de 1er choix, qui mérite une mise en évidence de ses bienfaits.

‼️ Ne pas utiliser la prêle en cas d’insuffisance rénale, de troubles hépatiques graves, ni en cas d’œdème d’origine rénale ou cardiaque !

Coucou…

c’est moi, la Primevère !

Tout le monde me connait, mais connais-tu mes propriétés médicinales ?

Je suis expectorante et antitussive, anti-inflammatoire et antivirale, sédative et antispasmodique.

Je t’aiderai donc en cas de rhume, toux, bronchite, grippe, stress, insomnie…On utilise mes fleurs, mes feuilles et mes racines.

On me déclinera en infusions, décoctions, macérats huileux, teintures-mères ou encore en sirop !

Rugiadose, odorose,…

violette graziose 🎶

C’est le moment de récolter les fleurs de violette !

Leurs propriétés ? Expectorantes, émollientes, sudorifiques et laxatives.

A utiliser en cas de toux, bronchite, poussée de fièvre, état grippal ou encore constipation légère.

Elles sont également comestibles et agrémenteront joliment vos salades…

Le saviez-vous ? Une fleur dans le biberon de bébé traitera la constipation et la fièvre de la percée de dents. 🤱

Baume du Tigre maison

De retour d’une séance de kiné, je me suis enfin décidée à réaliser une préparation que je procrastine depuis un certain temps déjà : du baume du tigre maison, mixture idéale pour soulager le mal de dos, le torticolis, les contusions, les douleurs musculaires, l’arthrite, la tendinite ou encore les inflammations articulaires !

La base consiste en un mélange d’huile végétale, de beurre de karité et de cire d’abeille.

Intervient ensuite le camphre, pour ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques, qui stimulera la circulation sanguine et favorisera la décontraction de la zone douloureuse.

On y ajoutera des huiles essentielles de giroflier et de cannelle de Chine (anti-inflammatoires, réchauffantes, antidouleur), de menthe poivrée et de cajeput (antalgiques, anti-inflammatoires et rafraîchissantes).

Quelques gouttes de vitamine E pour la conservation et le tour est joué !

Le tout provoquera une sensation de froid et de chaleur simultanée, ce qui en fait un produit polyvalent soulageant un large éventail de troubles.

En usage externe uniquement.

❗️ Ne pas utiliser en cas de grossesse, d’allaitement, chez les enfants de moins de 7 ans. Ne pas appliquer sur les muqueuses, les yeux, ni en cas d’irritation de la peau.

L’ail des ours

Même odeur que l’ail, propriétés médicinales similaires : voici l’ail des ours !

🌱 Allium ursinum pour les intimes, cet ail sauvage se développe en colonies dans les sous-bois, où sol riche, ombre et fraîcheur lui conviennent à merveille. Son nom lui vient du fait que les ours s’en nourrissaient au sortir de leur période d’hibernation.

On récolte les feuilles à partir d’avril, avant l’apparition des fleurs. Attention❗️Ses feuilles peuvent être confondues avec celles du muguet, qui lui, est toxique. Froissez-les pour vous assurer qu’il s’en dégage bien une odeur d’ail.

🩺 Quelles sont ses propriétés thérapeutiques ? Riche en vitamine C, dépurifiant, immunostimulant, expectorant, hypotenseur, hypoglycémiant, antiseptique, antibiotique et antimicrobien naturel, rien que ça !

Il agira donc tant sur la sphère digestive que sur les troubles respiratoires, protégera le système cardio-vasculaire, tout en stimulant et en dépurifiant l’organisme.

😋 Vous pouvez utiliser les feuilles fraîches pour préparer de somptueux pestos, du beurre parfumé, des macérats huileux et vinaigrés. Les boutons floraux peuvent également être conservés dans le vinaigre à la manière de câpres.

🍶 Les feuilles séchées pourront être dégustées en tisanes : pour faciliter la digestion, pour stimuler la circulation sanguine, et même comme vermifuge.

🍵 Elles constitueront également un excellent aromate pour enrober vos fromages frais, pour rehausser le goût de vos quiches, soupes, sauces et autres préparations culinaires !

En usage externe, les gousses d’ail pilées peuvent être appliquées avec succès sur les verrues, les cors ou encore les durillons.